Politiques – industriels et paradis fiscaux

Publié le par Hans Lejarec

Commentaire de l'article de Christian Chavagneux dans Alternatives Economique : Paradis fiscaux : l'Allemagne est leur ami

 

http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2011/06/01/paradis-fiscaux-l%e2%80%99allemagne-est-leur-ami/#comment-2795

Bien mouché par les commentaires précédents le manipulateur Ardisson qui tente de détourner le problème sur un sujet polémique. Simplement conditionné ou payé pour ?

 

L'Allemagne ne poursuit seulement sa stratégie égoïste de gros passager clandestin de l'Europe.

Mme Merkel ne démontre pas seulement une fois de plus qu'elle n'est pas un grand leader mais simplement une rouée ménagère politique toute emprunte de sa culture allemande de gestion serrée basée sur des principes rudimentaires.

Je pense en effet qu'ici il y a plus compliqué que la simple flatterie d'une faiblesse. Il y a une inavouable "magouille" :

Les industriels riches, ceux de l'automobile en particulier, ont montré par le passé qu'ils savaient arroser les partis et sans doute y a-t-il quelques "frais d'élections" ou autres preuves de financement qui pourraient compromettre des politiques ou des partis.

Je t'ai financé maintenant il faut protéger mes productions fictivement sans profit réalisée dans les états à impôts normaux avec un minimum de coûts salariaux et un maximum de pénibilités au travail. Il faut que tu me laisse continuer à transférer toutes mes productions de ces usines au prix de revient à la filiale commerciale domiciliée au paradis fiscal; laquelle filiale vend les produits à toute l'Europe à prix de marché. (pas au monde entier car il vaut quand même mieux fabriquer localement à bas coût de main d'œuvre)

Comme cela, moi, l'industriel, je continue à réaliser mes profits avec un minimum d'impôts ce qui me permet de mettre l'argent sur mes comptes personnels ou spéciaux directement dans le même paradis fiscal et je trouverai bien un moyen de t'en donner discrètement un peu pour tes prochaine élections Mme CDU....

A quand le puritanisme économique et financier à la place du puritanisme sexuel ? A quand le rétablissement de la répartition de la valeur ajoutée entre les quatre forces : travail, direction, actionnaires et gestionnaires d'infrastructures (collectivités/états/Europe) ?

Je serais Sarkozy j'assurerais ma réélection en allant voir si les industriels allemands ne payeraient pas mieux que les français et en leur disant que je ne mettrai pas le feu aux poudres sur ce terrain des paradis fiscaux.

Je serais Mélanchon je réunirais au contraire des preuves type Clearstream pour faire cesser tout cela.

Mais attention dans ce deuxième cas il ne faut pas avoir de talon d'Achile.... car c'est encore plus grave que de protéger la Grèce et l'Euro contre les coups de boutoirs spéculatifs des Golden Sachs ou Morgan Stanley alliés au trésor américain; ou que de vouloir faire une politique sociale avec le fond monétaire international. Aurait-il réunis des preuves de par sa position ?

On ne badine pas avec ces choses-là et le décès n'est pas toujours virtuel. La mort « accidentelle » du candidat Coluche face au très libéral, très riche et très noble inspecteur des finances-président Giscard d'Estaing l'avait bien montré.

HL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article